Où sommes-nous

Singes pour tous et pour jouer – réponses

Encore bravo pour toutes vos réponses, mais voici les nôtres !

DSC02818Chers enfants

  • Sur cette première photo, vous aviez tous reconnu, un énoooooooorme régime de bananes !

 

  • Le jardin aux orchidées de Singapour “est un jardin extraordinaire…” et vous avez, sans peine, décelé les deux plus belles fleurs :

DSC_0188DSC02773

  • DSC_0237 Sur la paroi comme un miroir de cet énorme building nous avons vu deux laveurs de carreaux suspendus comme des acrobates et en train de jouer du balai et de l’éponge pour tout faire briller. Impressionnant numéro d’équilibristes et, vu la surface, il ont du passer un moment en l’air.

 

  • Alors ces animaux ? Aviez-vous reconnu les zèbre, la girafe, le serpent python, puis l’éléphant avec sa trompe ! A propos de celui-ci, il nous a fait un spectacle avec ses copains, une bonne tranche de rigolade.

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

DSC_0648Et puis le rhinocéros avec sa corne, suivi du singe à tête blanche qui a l’air bien triste. Et la grenouille vous l’aviez trouvée ? DSC_0511Puis le derrière d’un singe, ça, nous sommes sûrs que vous aviez trouvé ! Enfin un croco qui rôde et un tigre blanc qui attend son déjeuner.

 

  • DSC_0313 Et voilà, touristes parmi les touristes, impossible de prendre une photo sans quelqu’un dessus. Remarquez, ils n’ont pas tort d’être venus, nous aussi nous avons trouvé l’endroit très chouette.

Voilà, bravo les enfants, mais nous attendrons encore vos réponses pour les prochains jeux !

DSC_0222Chers grands enfants

  • On reste calme, ce n’est qu’un régime de bananes, géant certes, mais de bananes, la question mâle ou femelle, c’est plus tard ! Alors combien y en avait-il ? Après une inspection minutieuse suivie d’un long, patient et rigoureux travail d’analyse statistique, nous pouvons vous indiquer avec une certaine fierté que vous êtes en présence d’un régime contenant au bas mot 3000 bananes !!! ET VOUS APPELEZ CA UN REGIME !!!!

 

  • Vous avez évidemment tou-te-s trouvé la bonne réponse, ce sont des cargos frigorifiques venus approvisionner vos cyclistes trans-asiastiques préférés mais non transis de froid par leurs marchandises préférées.

DSC02733 

  • Le produit alimentaire interdit à Singapour pour cause de salissure est la … pâte à mâcher ou encore chewing-gum ! Ses petites tâches patatoïdesques gravées dans le ciment de nos bonnes vieilles citées de ruminant n’ont pas la faveur des législateurs locaux. Interdiction de cracherEt il pourrait vous en compter une fâcheuse amande (“fine” en anglais) si vous ne vous conformez pas à cette réglementation, de même que cracher par terre est interdit. Singapour, état rigide ? A voir …

 

  • Et les trois tours ? Un gros casino doublé d’un hôtel de luxe. Qu’ont-ils été fourrer au sommet ? Quelques données techniques avant tout : un toit de 200m de long dont 65 m en porte à faux à l’extrémité nord pour une superficie de près de 10 000 m². Les connaisseurs auront tout de suite identifié par ces dimensions un terrain de football, mais … un peu trop étroit. Alors ? Aaaaaaaaah … et bien juste une piscine à débordement de 145 m de long bordée de palmiers.

 

Autant vous dire que nous ne sommes pas allés vérifier de nous même, nous aurions pu, mais il aurait fallu écourter sacrément le voyage !

  • Pour les photos, nous n’avons reconnu personne, vous êtes tellement plus beaaaaaaux ;)
  • On termine avec le mâle ou femelle. C’était vraiment hyper facile ! Pour le premier, y a pas photo sur la photo et pour le deuxième, ça se voit comme une paire de … de narines au milieu de la figure ! Et vous auriez vu lorsqu’il secoue la tête, c’est encore plus évident. Mais faut pas rire, c’est pas drôle, la nature est parfois cruelle.

DSC_0530DSC_0680

Un grand merci pour avoir joué avec nous. Et comme vous nous avez tous bien fait marrer et bien une carte postale chacun. Allez au boulot les rigolos et à bientôt pour un nouveau jeu encore plus rigolo !!

Bonjour à la 5C

Chers élèves, merci pour tous ces messages. Nous sommes désolés d’avoir tardé à vous répondre, nous sommes certes en vacances pour une longue durée, mais contrairement à ce qu’on peut imaginer, nous n’avons pas toujours le temps de nous poser, tous les jours pédaler, visiter, re-pédaler, trouver un endroit pour manger et dormir et tout cela dans des lieux inconnus. Enfin, voilà c’est chose faite.

Vous messages étant si abondants, courage pour tout lire, la réponse est longue. Nous allons répondre à chacun, il y a donc parfois des répétitions, nous vous laissons vous y retrouver ;)

Chère Emire,

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien. Bravo pour tous ces km parcourus, c’est déjà une belle distance. Si vous étiez partis avec nous, vous seriez déjà loin de la France, sans doute en Slovénie ou en Croatie ! L’Indonésie est très belle, variée, c’est un pays immense (17 000 îles différentes), très peuplé (240 millions d’habitants, environ quatre fois plus qu’en France) avec des populations très variées. Savais-tu que c’est le plus grand pays musulman du monde ! 90% de musulmans sur toute la population, cela fait … euh je te laisse compter ! Par chance nous n’avons pas vu le tsunami, c’est un phénomène météorologique très dangereux, il vaut mieux être loin lorsque cela se produit. Par contre nous avons pus admirer les volcans énormes et enfumés ! Un spectacle que je te souhaite de voir un jour. Pour les photos, direction la page photos du blog. Je te rassure, nous prenons des temps de repos, car le vélo, c’est fatiguant !

Chers Dye et Anaïs

Nous sommes ravis de savoir que ce voyage vous donne envie. C’est aussi pour cela que nous tenons ce blog et que nous tenions à échanger avec vous, pour vous donner envie, envie de découvrir le monde ses merveilles et voir à quel point il y a des gens intéressants et sympathiques de partout. Il faut être curieux et aller à la rencontre des autres, prendre le temps de réaliser ses rêves et s’en donner les moyens. Vous grandissez en France avec la chance de pouvoir aller presque partout sur la Terre, à vous de le décider et de faire ce qu’il faut pour que cela devienne réalité. Malgré tout, nous allons rentrer un jour, ce sera au milieu du mois de juillet 2011. Nous devrons à nouveau travailler pour gagner notre vie. Mais ce n’est pas la seule raison, nous avons des projets pour notre vie future et nous voulons retrouver notre famille, nos amis tous les gens qui nous manquent. Et nous comptons bien venir vous voir pour vous raconter nos aventures ! Mais sais-tu que nous rencontrons régulièrement des voyageurs comme nous qui sont partis de chez eux et ne savent pas quand il reviendront, ils vivent en dépensant très peu d’argent (ici la vie n’est pas chère) et en faisant des petits boulots de temps en temps. Mais pour cela, ils acceptent d’avoir une vie très simple et moins de confort qu’en Europe. Un peu comme nous en ce moment et rassurez-vous ce n’est pas un problème !

Chère Beatriz,

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien. Nous faisons des visites très intéressantes et magnifiques. Nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses, en Asie la base de la nourriture est le riz, alors nous en mangeons beaucoup. Nous avons aimé les Nasi Goreng en Indonésie (riz frit avec des légumes, voir article du blog) et la nourriture indienne en Malaisie, les Roti (genre de crêpes), les Naan (petits pains plats garnis de fromage ou d’ail), nous mangeons aussi beaucoup de fruits exotiques et en découvrons des nouveaux : mangues, fruits de la passion, noix de coco, dragonfruits, starfruits, mangoustans et beaucoup d’autres encore dont nous n’avions jamais entendu parler avant ! Merci beaucoup pour tes encouragements.

Chère Naima,

Nous allons très bien tous les deux, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Le logement ? Une très bonne question ! Comme nous nous déplaçons presque tous les jours vers des lieux inconnus, il faut à chaque fois trouver une nouvelle solution. Dans les campagnes, c’est très facile, il suffit de trouver un endroit agréable, un terrain plat, si possible herbeux puis de demander autour, aux propriétaires si l’on peut s’installer là pour la nuit. Des fois nous plantons la tente, mais c’est rare, le plus souvent les gens sont vraiment très gentils et ils nous proposent un endroit pour s’installer qui soit meilleur, voir de dormir chez eux. La nourriture ? Deuxième question importante ! Ici, en Asie du sud-est, ce n’est vraiment pas cher, un repas pour une personne coûte entre 2 et 3 euros. Donc nous cherchons des petits restaurants pour les locaux, de cette façon nous mangeons pour pas cher et sans avoir à préparer quoi que ce soit. Mais il faut éviter les endroits touristiques car, là, tout devient beaucoup plus cher. Et le plus étonnant, c’est que ce n’est pas meilleur, par contre il faut s’habituer à manger de la nourriture traditionnelle et goûter des plats inconnus parfois surprenant : des pâtes de poulet, des soupes aux couleurs bizarres, des plats très pimentés… La plupart du temps cela reste facile. En Asie, la base de l’alimentation est le riz. Tout le monde le dit ici, ils ne peuvent pas supporter de manger sans riz très longtemps. Donc nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses. Nous n’en avons pas marre du tout de pédaler, nous dirions plutôt que cela nous a manqué, entre Istanbul et Bali, nous avons passé trois semaines sans monter sur le vélo, à prendre du bus et du train et c’est beaucoup moins marrant, les gens sont vraiment plus agréables lorsqu’ils rencontrent des cyclistes. Et oui, un cycliste c’est moins courant alors forcément, c’est plus intéressant ! Et pour ce qui est de la compréhension, pour l’instant on se débrouille plutôt bien… grâce à l’Anglais toujours. Si nous avons un conseil à vous donner, bossez l’Anglais, à fond. Pour voyager c’est indispensable. Ici les gens qui parlent Anglais ont beaucoup plus de facilité à trouver du travail et ont des métiers plus intéressants et moins pénibles. En Malaisie, presque tout le monde parle Anglais, un bel exemple pour nous ! Et puis quand même nous avons fait quelques efforts pour apprendre un peu la langue indonésienne. C’est une langue très facile à apprendre. Sais-tu qu’il n’y a pas de grammaire et pas de conjugaison ! Il suffit d’apprendre les mots et de les aligner dans le bon ordre. En plus, ça valait le coup car c’est la même langue en Malaisie. Et le habitants apprécient vraiment de voir que nous faisons des efforts pour apprendre leur langue.

Chère Mouna

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. La nourriture ? Bonne question ! Ici, en Asie du sud-est, ce n’est vraiment pas cher, un repas pour une personne coûte entre 2 et 3 euros. Donc nous cherchons des petits restaurants pour les locaux, de cette façon nous mangeons pour pas cher et sans avoir à préparer quoi que ce soit. Mais il faut éviter les endroits touristiques car, là, tout devient beaucoup plus cher. Et le plus étonnant, c’est que ce n’est pas meilleur, par contre il faut s’habituer à manger de la nourriture traditionnelle et goûter des plats inconnus parfois surprenant : des pâtes de poulet, des soupes aux couleurs bizarres, des plats très pimentés… La plupart du temps cela reste facile. En Asie, la base de l’alimentation est le riz. Tout le monde le dit ici, ils ne peuvent pas supporter de manger sans riz très longtemps. Donc nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses. Pour ce qui est des langues, pour l’instant on se débrouille plutôt bien… grâce à l’Anglais toujours. Si nous avons un conseil à vous donner, bossez l’Anglais, à fond. Pour voyager c’est indispensable. Ici les gens qui parlent Anglais ont beaucoup plus de facilité à trouver du travail et ont des métiers plus intéressants et moins pénibles. En Malaisie, presque tout le monde parle Anglais, un bel exemple pour nous ! Et puis quand même nous avons fait quelques efforts pour apprendre un peu la langue indonésienne. C’est une langue très facile à apprendre. Sais-tu qu’il n’y a pas de grammaire et pas de conjugaison ! Il suffit d’apprendre les mots et de les aligner dans le bon ordre. En plus, ça valait le coup car c’est la même langue en Malaisie. Et le habitants apprécient vraiment de voir que nous faisons des efforts pour apprendre leur langue. Nous sommes actuellement en Malaisie, dans la capitale qui se nomme Kuala Lumpur. C’est une grande ville pas très propre, comme souvent les grandes ville. Il y a beaucoup de monde et beaucoup de véhicules à moteur. Nous sommes presque les seuls cyclistes, mais nous comprenons, ce n’est vraiment pas agréable de faire du vélo dans cet endroit. La seule chose que nous ayons apprécié c’est de voir les grandes tours Petronas, les deuxièmes les plus hautes du monde, plus de 450 m. Elle font plus du double de la tour Eiffel. Impressionnant.

Cher Adil

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nous avons déjà parcouru plus de 3500 km. Mais nous ne faisons pas tout en vélo. De temps en temps nous prenons le car (les vélos dans la soute), le train et nous avons pris deux fois l’avion, entre Ankara et Jakarta, puis entre Bali et Singapour. Mais on espère que l’avion c’est terminé, c’est cher et c’est le moyen de transport le plus polluant et le plus consommateur en énergie, pas très écolo tout ça ! Il y a quelques jours, nous avons fait quelque chose de rigolo. Nous étions bloqué à Singapour. Singapour est un île et pour la quitter il faut traverser un grand pont, mais le problème : interdit aux vélos et pas moyen de négocier, ils sont sérieux ici. Alors nous avons fait du stop et un conducteur de camion malaisien nous a emmené dans sa cabine pour traverser le pont, comme il était vraiment gentil, il nous a avancé de 150 km, sans un seul coup de pédale, facile ;) . Bravo pour tous les km parcourus de votre côté.

Cher Khalil

Quel beau titre pour ton message. Nous aurions vraiment pu le choisir pour nommer notre voyage et notre blog. Merci pour ces premiers mots en arabe. Pour l’instant c’est une langue qui n’est pas parlée dans les pays que nous traversons, hormis par certains religieux, mais nous ne les avons pas rencontré, ils sont sans doute très occupés. En Asie il y a de nombreuses langues, pour les touristes, les plus utiles sont l’Anglais, le Mandarin (première langue parlée en Chine), le Russe (en Asie centrale, qui était occupée il y a plusieurs années par la Russie), puis ensuite nous aurons besoin du Perse, puis du Turque. Cela fait un peu trop pour tout apprendre avant de rentrer, alors on essayera de se débrouiller avec l’Anglais et seulement quelques mots dans chaque langue. Le fait de parler tous les jours en Anglais est un peu difficile au début, mais après plusieurs semaines, nous nous sommes habitués et nous avons fat des progrès dans la compréhension et dans l’expression et cela va beaucoup mieux, mais nous sommes encore loin de parler couramment et de tout comprendre, alors nos continuons nos efforts, c’est tellement agréable de pouvoir parler avec les gens. Malgré tout, nous parlons Français tous les jours, entre nous, et oui. Nous allons très bien tous les deux, pas de bobos, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses, en Asie la base de la nourriture est le riz, alors nous en mangeons beaucoup. Nous avons aimé les Nasi Goreng en Indonésie (riz frit avec des légumes, voir article du blog) et la nourriture indienne en Malaisie, les Roti (genre de crêpes), les Naan (petits pains plats garnis de fromage ou d’ail), nous mangeons aussi beaucoup de fruits exotiques et en découvrons des nouveaux : mangues, fruits de la passion, noix de coco, dragonfruits, starfruits, mangoustans et beaucoup d’autres encore dont nous n’avions jamais entendu parler avant ! …

Cher Walid

Bravo pour tous ces km parcourus, c’est déjà une belle distance. Si vous étiez partis avec nous, vous seriez déjà loin de la France, sans doute en Slovénie ou en Croatie ! Je te rassure, nous prenons des temps de repos, car le vélo, c’est fatiguant ! Nous allons très bien tous les deux, pas de bobos, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses, en Asie la base de la nourriture est le riz, alors nous en mangeons beaucoup. Nous avons aimé les Nasi Goreng en Indonésie (riz frit avec des légumes, voir article du blog) et la nourriture indienne en Malaisie, les Roti (genre de crêpes), les Naan (petits pains plats garnis de fromage ou d’ail), nous mangeons aussi beaucoup de fruits exotiques et en découvrons des nouveaux : mangues, fruits de la passion, noix de coco, dragonfruits, starfruits, mangoustans et beaucoup d’autres encore dont nous n’avions jamais entendu parler avant ! …

Chers Maksut et David

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nous avons déjà parcouru plus de 3500 km. Mais nous ne faisons pas tout en vélo. De temps en temps nous prenons le car (les vélos dans la soute), le train et nous avons pris deux fois l’avion, entre Ankara et Jakarta, puis entre Bali et Singapour. Mais on espère que l’avion c’est terminé, c’est cher et c’est le moyen de transport le plus polluant et le plus consommateur en énergie, pas très écolo tout ça ! Il y a quelques jours, nous avons fait quelque chose de rigolo. Nous étions bloqué à Singapour. Singapour est un île et pour la quitter il faut traverser un grand pont, mais le problème : interdit aux vélos et pas moyen de négocier, ils sont sérieux ici. Alors nous avons fait du stop et un conducteur de camion malaisien nous a emmené dans sa cabine pour traverser le pont, comme il était vraiment gentil, il nous a avancé de 150 km, sans un seul coup de pédale, facile ;) . Bravo pour tous les km parcourus de votre côté. Est ce que la France est mieux ? C’est une question difficile ! Il y a dans le monde beaucoup de choses à voir qu’on ne peut pas voir ailleurs, y compris en France. Nous avons déjà vu des fleurs, des animaux, des monuments, des paysages vraiment magnifiques et nous n’aurons sans doute pas la chance de les voir à nouveau, il faut en profiter. Les gens, les cultures, les façons de vivre sont aussi très différents et très intéressant partout où nous allons. Mais l’inverse est vrai aussi, il y a beaucoup de choses en France qui n’existent pas ailleurs. C’est un pays qui nous plait et où vivent les gens que nous aimons. Nous avons donc l’intention de rentrer en France mais de continuer à voyager tant que nous en aurons la possibilité, pour mieux comprendre le monde et profiter de ses beautés. Voyager permet aussi de s’apercevoir que la France est un beau pays et un endroit ou la qualité de vie est vraiment bonne. …

Cher …

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nous avons déjà parcouru plus de 3500 km. Mais nous ne faisons pas tout en vélo. De temps en temps nous prenons le car (les vélos dans la soute), le train et nous avons pris deux fois l’avion, entre Ankara et Jakarta, puis entre Bali et Singapour. Mais on espère que l’avion c’est terminé, c’est cher et c’est le moyen de transport le plus polluant et le plus consommateur en énergie, pas très écolo tout ça ! Il y a quelques jours, nous avons fait quelque chose de rigolo. Nous étions bloqué à Singapour. Singapour est un île et pour la quitter il faut traverser un grand pont, mais le problème : interdit aux vélos et pas moyen de négocier, ils sont sérieux ici. Alors nous avons fait du stop et un conducteur de camion malaisien nous a emmené dans sa cabine pour traverser le pont, comme il était vraiment gentil, il nous a avancé de 150 km, sans un seul coup de pédale, facile ;) . Nous sommes actuellement en Malaisie, dans la capitale qui se nomme Kuala Lumpur. C’est une grande ville pas très propre, comme souvent les grandes ville. Il y a beaucoup de monde et beaucoup de véhicules à moteur. Nous sommes presque les seuls cyclistes, mais nous comprenons, ce n’est vraiment pas agréable de faire du vélo dans cet endroit. La seule chose que nous ayons apprécié c’est de voir les grandes tours Petronas, les deuxièmes les plus hautes du monde, plus de 450 m. Elle font plus du double de la tour Eiffel. Impressionnant. Bravo pour tous les km parcourus de votre côté.

Chère Maliki

Merci beaucoup pour tes compliments. Nous sommes ravis de savoir que ce voyage vous donne envie. C’est aussi pour cela que nous tenons ce blog et que nous tenions à échanger avec vous, pour vous donner envie, envie de découvrir le monde ses merveilles et voir à quel point il y a des gens intéressants et sympathiques de partout. Il faut être curieux et aller à la rencontre des autres, prendre le temps de réaliser ses rêves et s’en donner les moyens. Vous grandissez en France avec la chance de pouvoir aller presque partout sur la Terre, à vous de le décider et de faire ce qu’il faut pour que cela devienne réalité. Nous te souhaitons de faire un jour un voyage comme le notre, mais à ta façon, en choisissant ton moyen de transport, les lieux que tu veux visiter, les pays que tu veux découvrir. Voyager est vraiment une chose formidable, ça aide à comprendre le monde, les personnes différentes, à être plus tolérant, curieux. Nous souhaitons à tout le monde d’avoir la chance de voyager et de réaliser ses rêves. Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nous n’avons pas peur car les endroits où nous voyageons ne sont pas dangereux, les gens que nous rencontrons sont très gentils et très accueillants. Ils nous aident lorsque nous sommes perdus, lorsque nous avons besoin de quelque chose. Alors il n’est pas difficile de rester en pleine forme et heureux. Nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses, en Asie la base de la nourriture est le riz, alors nous en mangeons beaucoup. Nous avons aimé les Nasi Goreng en Indonésie (riz frit avec des légumes, voir article du blog) et la nourriture indienne en Malaisie, les Roti (genre de crêpes), les Naan (petits pains plats garnis de fromage ou d’ail), nous mangeons aussi beaucoup de fruits exotiques et en découvrons des nouveaux : mangues, fruits de la passion, noix de coco, dragonfruits, starfruits, mangoustans et beaucoup d’autres encore dont nous n’avions jamais entendu parler avant !

Chère Anissa

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. A propos des pays de l’Union Européenne, nous avons traversé plusieurs pays qui en font partie, serais-tu deviner lesquels ? Bon courage à toi. Nous n’en avons pas marre du tout de pédaler, nous dirions plutôt que cela nous a manqué, entre Istanbul et Bali, nous avons passé trois semaines sans monter sur le vélo, à prendre du bus et du train et c’est beaucoup moins marrant, les gens sont vraiment plus agréables lorsqu’ils rencontrent des cyclistes. Et oui, un cycliste c’est moins courant alors forcément, c’est plus intéressant !

Chère Amira

Malekoum Salam. Tout se passe très bien, nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Le logement ? Une très bonne question ! Comme nous nous déplaçons presque tous les jours vers des lieux inconnus, il faut à chaque fois trouver une nouvelle solution. Dans les campagnes, c’est très facile, il suffit de trouver un endroit agréable, un terrain plat, si possible herbeux puis de demander autour, aux propriétaires si l’on peut s’installer là pour la nuit. Des fois nous plantons la tente, mais c’est rare, le plus souvent les gens sont vraiment très gentils et ils nous proposent un endroit pour s’installer qui soit meilleur, voir de dormir chez eux. La nourriture ? Deuxième question importante ! Ici, en Asie du sud-est, ce n’est vraiment pas cher, un repas pour une personne coûte entre 2 et 3 euros. Donc nous cherchons des petits restaurants pour les locaux, de cette façon nous mangeons pour pas cher et sans avoir à préparer quoi que ce soit. Mais il faut éviter les endroits touristiques car, là, tout devient beaucoup plus cher. Et le plus étonnant, c’est que ce n’est pas meilleur, par contre il faut s’habituer à manger de la nourriture traditionnelle et goûter des plats inconnus parfois surprenant : des pâtes de poulet, des soupes aux couleurs bizarres, des plats très pimentés… La plupart du temps cela reste facile. En Asie, la base de l’alimentation est le riz. Tout le monde le dit ici, ils ne peuvent pas supporter de manger sans riz très longtemps. Donc nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses. Nous n’en avons pas marre du tout de pédaler, nous dirions plutôt que cela nous a manqué, entre Istanbul et Bali, nous avons passé trois semaines sans monter sur le vélo, à prendre du bus et du train et c’est beaucoup moins marrant, les gens sont vraiment plus agréables lorsqu’ils rencontrent des cyclistes. Et oui, un cycliste c’est moins courant alors forcément, c’est plus intéressant ! Et pour ce qui est de la compréhension, pour l’instant on se débrouille plutôt bien… grâce à l’Anglais toujours. Si nous avons un conseil à vous donner, bossez l’Anglais, à fond. Pour voyager c’est indispensable. Ici les gens qui parlent Anglais ont beaucoup plus de facilité à trouver du travail et ont des métiers plus intéressants et moins pénibles. En Malaisie, presque tout le monde parle Anglais, un bel exemple pour nous ! Et puis quand même nous avons fait quelques efforts pour apprendre un peu la langue indonésienne. C’est une langue très facile à apprendre. Sais-tu qu’il n’y a pas de grammaire et pas de conjugaison ! Il suffit d’apprendre les mots et de les aligner dans le bon ordre. En plus, ça valait le coup car c’est la même langue en Malaisie. Et le habitants apprécient vraiment de voir que nous faisons des efforts pour apprendre leur langue.

Cher …

Bien vu, pour ce qui est de la compréhension, pour l’instant on se débrouille plutôt bien… grâce à l’Anglais toujours. Si nous avons un conseil à vous donner, bossez l’Anglais, à fond. Pour voyager c’est indispensable. Ici les gens qui parlent Anglais ont beaucoup plus de facilité à trouver du travail et ont des métiers plus intéressants et moins pénibles. En Malaisie, presque tout le monde parle Anglais, un bel exemple pour nous ! Et puis quand même nous avons fait quelques efforts pour apprendre un peu la langue indonésienne. C’est une langue très facile à apprendre. Sais-tu qu’il n’y a pas de grammaire et pas de conjugaison ! Il suffit d’apprendre les mots et de les aligner dans le bon ordre. En plus, ça valait le coup car c’est la même langue en Malaisie. Et le habitants apprécient vraiment de voir que nous faisons des efforts pour apprendre leur langue. Tout se passe très bien, nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Nager avec les poissons est une expérience extraordinaire ! Nous n’avons pas vu de requins, aucun des poissons n’était dangereux, on se sent vraiment bien sous l’eau, mais il faut prendre de sacrées respirations ! Nous sommes ravis de savoir que ce voyage vous donne envie. C’est aussi pour cela que nous tenons ce blog et que nous tenions à échanger avec vous, pour vous donner envie, envie de découvrir le monde ses merveilles et voir à quel point il y a des gens intéressants et sympathiques de partout. Il faut être curieux et aller à la rencontre des autres, prendre le temps de réaliser ses rêves et s’en donner les moyens. Vous grandissez en France avec la chance de pouvoir aller presque partout sur la Terre, à vous de le décider et de faire ce qu’il faut pour que cela devienne réalité. Nous mangeons plutôt bien et découvrons plein de bonnes choses, en Asie la base de la nourriture est le riz, alors nous en mangeons beaucoup. Nous avons aimé les Nasi Goreng en Indonésie (riz frit avec des légumes, voir article du blog) et la nourriture indienne en Malaisie, les Roti (genre de crêpes), les Naan (petits pains plats garnis de fromage ou d’ail), nous mangeons aussi beaucoup de fruits exotiques et en découvrons des nouveaux : mangues, fruits de la passion, noix de coco, dragonfruits, starfruits, mangoustans et beaucoup d’autres encore dont nous n’avions jamais entendu parler avant !

Chers Walid et Luigi

Meri beaucoup pour tous ces encouragements. Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Bravo pour tous ces km parcourus, c’est déjà une belle distance. Si vous étiez partis avec nous, vous seriez déjà loin de la France, sans doute en Slovénie ou en Croatie ! Nous n’en avons pas marre du tout de pédaler, nous dirions plutôt que cela nous a manqué, entre Istanbul et Bali, nous avons passé trois semaines sans monter sur le vélo, à prendre du bus et du train et c’est beaucoup moins marrant, les gens sont vraiment plus agréables lorsqu’ils rencontrent des cyclistes. Et oui, un cycliste c’est moins courant alors forcément, c’est plus intéressant ! Nous aussi pensons beaucoup à vous !

Chère Meryem

Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Je te rassure, cela ne me manque pas de faire la police dans les couloirs, ce qui me manque c’est de voir mes élèves tous les jours, pour discuter avec eux, leur apprendre un peu de mathématiques et les voir grandir. Mais on peut dire que grâce à vous, j’en profite quand même. Vos questions et vos encouragements nous plaisent vraiment beaucoup, vous êtes curieux, intéressés, c’est magnifique. Nous n’en avons pas marre du tout de pédaler, nous dirions plutôt que cela nous a manqué, entre Istanbul et Bali, nous avons passé trois semaines sans monter sur le vélo, à prendre du bus et du train et c’est beaucoup moins marrant, les gens sont vraiment plus agréables lorsqu’ils rencontrent des cyclistes. Et oui, un cycliste c’est moins courant alors forcément, c’est plus intéressant ! Istanbul, nous avons adoré, c’est une ville superbe et riche d’histoire. Et le match à Fenerbahce était vraiment un bon moment, surtout qu’ils ont gagné trois à zéro ! Alors allez Fenerbahce !

Chers Omar et Bilel

Meri beaucoup pour tous ces encouragements. Nous allons très bien tous les deux, pas de bobo, les vélos aussi se portent bien, la fatigue, ça va, ça vient, nous savons trouver le temps de nous reposer. Bravo pour tous ces km parcourus, c’est déjà une belle distance. Si vous étiez partis avec nous, vous seriez déjà loin de la France, sans doute en Slovénie ou en Croatie ! Nager avec les poissons est une expérience extraordinaire ! Nous n’avons pas vu de requins, aucun des poissons n’était dangereux, on se sent vraiment bien sous l’eau, mais il faut prendre de sacrées respirations ! Ou bien il faut mettre des bouteilles et écouter attentivement les explications et les consignes du moniteur de plongée. C’est un sport dangereux. Nous sommes ravis de savoir que ce voyage vous donne envie.

 

Chers élèves, vraiment, un grand bravo à tous pour tous ces km parcourus, continuez de pédaler, la Terre a besoin de cyclistes motivés et le vélo est le plus beau moyen de transport du monde ! Alors ne lâchez rien !! Continuez de rêver.

Courage pour le 2nd trimestre qui commence bientôt. Nous vous souhaitons beaucoup de réussite, apprenez tout ce que vous pouvez, vous ne le regretterez pas lorsque vous découvrirez le monde en voyageant. Manon & Etienne.

Saya Mathematica Guru. Réponses

Bravo à vous tou-te-s. Que d’esprits rationnels et de pugnacité. Que n’avez vous choisit une carrière de chercheur en Mathématiques, vous avez raté votre vocation ! Quant à ces derniers, ils n’ont aucun mérite à s’être tiré du problème avec brio. Tout le labo a planché dessus pendant une semaine, nuit et jour !

Alors, la réponse tant attendue est la suivante :DSC02005

Faisons les comptes :

Enam bilas + Dua puluh empat + Tiga puluh dua = … Tujuh puluh dua !

Bien joué, vous aviez la bonne réponse, encore toutes nos félicitations !

PS : Au passage, vous aurez noté qu’apprendre à compter en Bahasa Indonesia est un challenge intéressant. Pour compter de 1 à 100, il faut trois à quatre fois plus de temps à un écolier indonésien entraîné qu’à un français (entraîné lui aussi, si, si on en trouve). Lorsque vous saurez, en plus, que tous les billets sont en milliers (1€ = 12.000 Rp), vous aurez compris que négocier les prix chaque jour relève du défi permanent. Sans “compter” que les Indonésiens adooooorent négocier.

Alors vous voyez, nous aussi on se tord le cerveau, non mais ! A bientôt, pour un nouveau jeu encore plus rigolo.

Pour la 5C, le 27 septembre

Dye, Omar, Nadir, Khalil, Fares, Sirine, Amira, Naima, Mériem, Emir, Luigi, Adil, Tommy, Mai-Anne, Anissa, Anais, Aksami, Béatriz

Chers élèves, bonjour à tous.

Tout d’abord, nous vous remercions grandement pour tous vos messages de soutien et tous vos encouragements. Nous tenons à vous rassurer, nous sommes en pleine forme, tout se passe bien et nous pédalons avec beaucoup de plaisir. On ne “lâche rien”. Et merci pour les gâteaux, nous espérons que le Ramadan s’est bien passé.

Dans un premier temps, nous allons essayer de répondre à vos nombreuses questions. Ensuite, nous allons faire appel à vous sur plusieurs problèmes qui se posent à nous et pour lesquels nos souhaiterions avoir votre aide.

Nos réponses

Comme vous le savez surement, nous avons décidé de partir en voyage pendant un an pour faire le tour de l’Asie à vélo. Cela fait moins que le tour du monde, mais en un an, c’est difficile de faire plus, vous vous en rendrez compte. DSC_0006 Pour l’instant, nous ne sentons pas l’envie de rentrer. Bien sûr, notre famille, nos amis et vous tous nous manquez, mais les nombreuses rencontres que nous avons faites jusqu’ici avec les habitants nous poussent à continuer et nous sommes persuadés que le reste du parcours nous réserve encore de nombreuses bonnes surprises. Ce sont ces moments de partage qui nous apprennent le plus de choses sur les pays et la vie des gens.

Depuis que nous sommes partis, nous avons traversés plusieurs pays (Italie, Autriche, Slovénie, Croatie, Serbie et Bulgarie). Pour savoir exactement notre position et notre itinéraire, rendez-vous sur le blog à la page “Où sommes-nous”. Pour l’instant, plus nous nous dirigeons vers l’est et plus le niveau de vie baisse. DSC01012 Les routes sont de moins bonnes qualité et nous avons croisé de vieilles voitures et des vieux camions. Mais pas seulement, nous voyons aussi des véhicules modernes et des installations récentes. Par rapport à la France, les écarts entre riches et pauvres paraissent plus importants. Cela est une impression, il faudrait le vérifier.

Pour communiquer, nous utilisons très majoritairement l’Anglais, un peu l’Allemand et quelques mots de vocabulaire appris en vitesse dans les différents pays que nous traversons. Il faut pouvoir faire preuve d’un minimum de politesse, alors nous savons dire “merci”, “s’il vous plait”, etc en Serbe et en Bulgare. Mais lorsque nous avons besoin d’informations précises ou lorsque nous voulons discuter un peu plus, l’Anglais est indispensable et reste la principale langue étrangère utilisée, mais surtout par les jeunes (comme quoi, vous êtes l’avenir). Malheureusement nous ne connaissons pas d’autres langues que l’Anglais (très utile partout dans le monde), l’Allemand (utile en Europe de l’Est) et l’Espagnol (utile, mais en Amérique). Nous aurons l’occasion de reparler des langues étrangères pratiquées dans les pays que nous allons traverser en Asie.

DSC01118 Du point de vue de l’alimentation, nous alternons entre des plats de la cuisine locale (à base de poivrons, tomates, boulettes de viande) pris dans de petites gargotes et des plats nourrissants (à base de pâtes et de soupes lyophilisées) que nous préparons nous-même avec notre matériel de camping. Vous aurez plus de précisions prochainement dans un article du blog à ce sujet.

Nos questions

Voici plusieurs questions que nous nous posons au long de la route.

  • Première série : des questions auxquelles nous n’avons pas de réponse et pour lesquelles nous avons besoin de votre aide.
    • Question de langue, urgente, nous arrivons à Istanbul mardi 28 ! Quels sont les mots de vocabulaire ou expressions indispensables pour se débrouiller dans cette grande citée ?
    • Mécanique : lors de l’entretien de nos bicyclettes, nous avons démonté le dérailleurs arrière, sur lequel sont fixés deux pièce appelés galets. Ils portent chacun un inscription différente l’une de l’autre. Ont-ils une position bien déterminée ? Si oui, laquelle ? Ou bien, est-il possible de les intervertir ?DSC00598
    • Histoire : quelles sont les dates d’entrée dans l’Union Européenne des pays que nous avons traversé ?
    • Physique-Chimie : Tous les matins, au réveil, la tente est mouillée sur la face intérieure (dirigée vers le sol), même lorsque il fait beau. Cela paraît-être dû à la rosée ou condensation. Y a-t-il moyen d’y échapper ? Comment expliquez-vous ce phénomène ?
  • Deuxième série : des problèmes que nous avons élucidé et que nous vous soumettons, comme des énigmes.
    • On verra plus tard, nous vous avons déjà donné beaucoup de travail ;)

Bon courage !

Nous sommes ravis d’avoir tous ces échanges avec vous. Nous comptons sur vous pour poursuivre avec autant d’enthousiasme. Comptez sur nous pour vous réponde et pour venir vous raconter tout cela en image à notre retour. Mais patience, la route est encore longue.

Salutation à toute la 5C, ne lâchez rien !!!

Quelle est la marque de cette voiture ? Réponse

Tout d’abord, un grand bravo à Mika, Toine, Anna, Eric, Seb, Philip, Sylvano, Laurent pour leur enthousiasme. On sent que le sujet était plus attractif.

La palme revient à Eric qui remporte le bonus en prime (suivi de près par Philip).

La voiture est … une Zastava 750 ! Marque Serbe qui a été rachetée par Fiat récemment d’où une confusion possible avec la mondialement connue Fiat 500.

La plaque est serbe, province de Smederevo (les habitués du blog connaissent).

DSC_0023

Pour des compléments d’informations, voici quelques photos au hasard du web :

A bientôt pour un jeu encore plus rigolo, ne désespérez pas ;)

A qui appartient cette chambre ? Réponses

Bravo à tous les participants pour ce premier jeu.

Voici les réponses

DSC00509Serbie

DSC00507Slovaquie

DSC00505Roumanie

DSC00504Hongrie

A bientôt pour des jeux plus rigolos !