Où sommes-nous

Tout par à veau l’eau dans les Tuvalet

Ou l’histoire presque véritable de l’invention du petit coin.

Difficile de quitter la Turquie sans un petit tour par l’arrière-cour. Et oui, ces fameuses toilettes turques, que faut-il en dire ? Ou plutôt que pouvons-nous en dire ? Et bien, au risque de vous décevoir, pas grand chose. Comment cela pas grand chose ? Trois fois rien. C’est à dire ? Peu de chose.

C’est tout de même le modèle standard des toilettes asiatiques ! C’est bien qu’il doit y avoir là-dessous quelque chose de valeur ? Vraiment ? Souhaitez-vous donc que nous soulevions le couvercle pour chasser avec application les trésors cachés ? Et bien, nous nous y emploierons avec vigueur. Asseyez vous confortablement et remontons ce cours d’eau qu’est l’histoire.

DSC_0280Voilà des décennies que les campagnes turques sont équipées de plaques de faïences percées d’un orifice et dans lesquelles sont incrustées deux empreintes de pas, de sorte qu’il est impossible manquer sa cible … théoriquement. Mais comme chacun sait, la théorie et la pratique n’ont jamais fait bon ménage, et qui dit ménage insuffisant dit propreté laissant à désirer.

DSC01271Et pourtant voilà déjà plusieurs siècles qu’au sommet de l’Etat on s’active pour solutionner cet épineux problème. A Istanbul, dans les ors des palais, on traite les dossiers les plus sombres. Et c’est dans le marbre que les fondements de politiques audacieux viennent inscrire leurs conclusions. On tente d’agir et de couper court aux luttes intestines qui secouent le pays.

DSC05588L’empire, pris dans les affres d’abominables congestions, a bloqué net la fuite en avant qui se propage. En démocratisant les sanitaires, il préserve le patrimoine. En effet, chaque pan de montagne est grignoté de toute part, d’un bout à l’autre du pays. C’est l’ère du petit coin troglodytique. Au grand dam des espèces animales qui peinent à se loger.

DSC01480

Déjà en 1453 (lors de la chute de Constantinople), Mehmet le Grand, avait apporté l’idée novatrice : un ruisseau frayant son chemin dans un canal salvateur emportant avec lui tout déchet. Il l’imposa avec force en exécutant un coup d’épée magistral qui vint briser la chaîne gardant l’accès au Bosphore, lavant du même coup Istanbul de toutes ses impuretés. Mais le projet, quoique ingénieux, ne fait pas son chemin.

DSC_0998On eu put imaginer que ce complément au trou s’installe comme dans un fauteuil. Cependant il ne pouvait rivaliser avec l’invention initiale qui aurait du trouver immédiatement la pérennité : le siège. Mais décemment, les souverains d’alors aux patronymes désormais oubliés (appelons les Truc), ne pouvait accepter l’idée que l’inventeur Grec impose sur son sol le fondement de tout chose en un lieu au nom prédestiné pour innover dans le domaine des sanitaires : la cité d’Ephèse, Efes en Turc.

Voilà, vous savez tout, vous n’avez rien compris ? Alors je recommence, voilà des décennies que les campagnes turques…

2 commentaires pour « Tout par à veau l’eau dans les Tuvalet »

  • GUILLIER

    Salut Etienne et Manon.

    J’ai vu que vous étiez passé par le col du Lautaret. Vous avez donc traversé Montgenevre. C’est là que j’ai appris à skier avec mon grand père chasseur-alpin.

    Vous arrivez samedi, on pensera à vous !!

    Avez-vous une adresse postale à nous donner ? Pour qu’on puisse vous envoyer une ‘tite carte d’Inde et vous rendre visite l’année prochaine.

    Profitez bien de la fin de votre voyage. A bientôt

    Etienne

    On sera fin Août pour 1 semaine au Grand Bornand. C’est pas trop loin de votre futur chez vous ……

  • C’est en Iran que j’ai du me résoudre à utiliser pour de bon les chiottes « à la turque »… après 9 mois à Istanbul quasiment sans en voir aucun.
    Remarquez, le bon côté de ces toilettes, c’est que personne ne peut prendre la grosse tête : il suffit d’imaginer quelqu’un faire ses besoins accroupi pour qu’il perde de sa superbe.