Où sommes-nous

Ouvrez les frontières

Traverser l’Asie Centrale, c’est se plonger dans une foultitude de démarches alambiquées et aux saveurs mille fois renouvelées. L’occasion pour nous de pousser un petit coup de gueule.

Après être sortis de la jungle des visas, empochant successivement et avec succès chacun des tampons indispensables à la poursuite du voyage, nous pouvons nous réjouir d’être en possession d’un passeport français et européen. Dans les pays que nous avons traversés, cet aspect a toujours été une source d’interrogation voire d’envie de la part des locaux. Etre chinois signifie dépenser des sommes faramineuses en passe-droit, autorisations et autres bakchichs afin d’obtenir le précieux document qui vous ouvrira les portes du pays voisin, peut-être le suivant, moyennant de nouveaux subsides. Etre Turkmène ou Iranien impose quasiment de renoncer à tous espoir de voyage à l’étranger. Ou, là encore, il vous en coûtera plusieurs mois de salaires et des montagnes de patience et de ruses. Que dire des milliers de clandestins qui se pressent à nos portes, fuyant guerres, famines, désastres dans lesquelles nos “belles” démocraties ont souvent une lourde responsabilité.

Alors que penser d’une frontière ? N’est-elle pas le plus sûr moyen pour les puissants d’assoir leur domination ? De part et d’autres de ces lignes pas si virtuelles, les différences entre les peuples sont souvent très ténues.

C’est toujours un moment de culpabilité lorsqu’on nous demande comment nous pouvons voyager aussi facilement. Nous réalisons alors l’injustice criante dons nous bénéficions. Nous pouvons nous rendre où bon nous semble (ou presque), mais nous refusons l’accès à notre pays à la quasi-totalité du monde (on exagère un peu, d’accord). On entend d’ici les pourfendeurs de bons sentiments : “On ne peut tout de même pas accueillir toute la misère du monde, il faut bien que l’on se protège, et le terrorisme tu y as pensé ?”. Se protéger de quoi ? La France est le paradis sur terre ? Partout nous sommes accueillis à bras ouverts et célébrés parce que Français. Partout, si on le souhaite nous pouvons émigrer, et dans le confort en plus, ce qui est tout sauf réciproque. De plus, la France ne s’est pas gênée pour aller piller nombre de pays dans le monde et y laisser souffler les vents de la misère. Sans doute les bienfaits de la colonisation. Et puis quoi, il s’agit de céder un peu de notre richesse ? Ne serait-il pas un peu normal de partager le gâteau ? Si ce fameux gâteau n’était pas spolié par quelques nations, on peut se demander quelle serait la place des terroristes d’opinions et si les émigrants ne seraient pas moins nombreux à frapper à nos portes. Lorsqu’on naît quelque part, on ne s’en déracine pas pour des raisons farfelues.

Alors autant laisser la place à cet ivoirien porte-parole des opprimés de l’Afrique noire, Tiken jah Fakoly.

Ouvrez les frontières.

 

Ouvrez les frontières

Vous venez chaque année, l’été comme l’hiver

Et nous on vous reçoit toujours les bras ouverts

Vous êtes ici chez vous, après tout peu importe

On veut partir, alors ouvrez nous la porte.

 

Ouvrez les frontières

Du Cap à Gibraltar, nous sommes des milliers,

A vouloir comme vous venir sans rendez-vous

Nous voulons voyager et aussi travailler

Mais nous on vous a pas refusé vos visas.

 

Ouvrez les frontières

Nous aussi on veut connaître la chance d’étudier

La chance de voir nos rêves se réaliser

Avoir un bon métier, pouvoir voyager, connaître c’que vous appelez liberté

On veut que nos familles, ne manquent plus de rien,

On veut avoir cette vie où l’on mange à sa faim

On veut quitter cette misère quotidienne pour de bon

On veut partir d’ici, car nous sommes tous en train de péter les plombs.

 

Ouvrez les frontières

Y’a plus une goutte d’eau, pour remplir notre seau

Ni même une goutte de pluie, tout au fond du puits

Quand le ventre est vide sur le chemin de l’école,

Un beau jour il décide de prendre son envol.

 

Ouvrez les frontières, laissez nous passer

Ouvrez la porte, ici on étouffe,

On est pleins à vouloir du rêve occidental

Ouvrez la porte ici la jeunesse s’essouffle

Ne crois tu pas que pour nous c’est vital

 

Ouvrez les frontières, laissez nous passer

Vous avez pris nos plages et leurs sables dorés

Mis l’animal en cage et tari nos forêts

Qu’est ce qu’il nous reste quand on a les mains vides

On se prépare au voyage et on se jette dans l’eau vive

Ouvrez les frontières, laissez nous passer.

6 commentaires pour « Ouvrez les frontières »

  • Marie- Jo & Bruno

    Texte superbe, poignant ; qui nous fait chaud au coeur. Cela nous donne du courage pour résister à la xénophobie qui gagne dans notre beau pays. Mille bisous

  • Sheng END

    Ton mail tomba a pic dans une ambiance délétère ici dans notre vieille France nourrie a la peur de l’étranger qui débarquent par dizaines milliers ou millions selon les sources. pendant qu’on écoute Fakoly, ils parlent de revenir sur shengen. le printemps arabe en gros, c’est bien, nous sommes solidaires, mais de loin et si possible, derrière une télévision qui nous rassure sur notre sécurité.
    bon voyage, homme heureux qui peut aller au-delà des frontières

  • je vois que tu veux ouvrir les frontières, mais tu pourrais aussi ouvrir ton blog aux commentaires… est il en attente d un Visa ?

  • Laurence (DBAO alto)

    Bien dit, ça ! Une bouffée d’oxygène par les temps qui courent ou qui pédalent… et vive l’ouverture à l’Autre et à sa culture, sans pillage !

  • Marie-Hélène

    il fait bon vous lire, il est vrai… ici, il règne trop de suspicion de l’autre venu d’ailleurs, suspicion encouragée par « nos » dirigeants, et du coup le racisme devient ordinaire et presque normal…
    oui, ça fait du bien de sentir, ici et là, un peu de résistance face à cette ambiance délétère! vive les voyages et les rencontres!
    bon pédalage encore et encore
    bises à vous deux

  • Luc

    Excellente la chanson…
    ouuuuuhhhhhhhvrir les froooooooonhonnnnnnhonnnhonntiereees.

    C’est pas dur quand meme!