Où sommes-nous

Myanmar, en vrac

Ca nous a surpris, dérangés, quelques fois dégoûtés :

  • Changer de l’argent par l’unique biais des vendeurs de rue ;
  • Retirer ses claquettes à l’entrée du moindre monument même si le sol est jonché d’excréments de singes, respect de Bouddha oblige ;
  • Le manque de dénivelées à grimper sur notre circuit quasi imposé à tous les touristes ;
  • 99 boutons sur chaque jambe en une nuit, est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous gratouille ?
  • Trier les feuilles de coriandre fraîche qui viennent gâter le goût des bons petits plates traditionnels ;
  • Les routes défoncées qui vous secouent jusqu’à la moëlle épinière jusqu’au bout de la nuit ;
  • Cracher nos dollars à l’entrée des monuments our les voir partir dans les poches du gouvernement ;
  • 99 fois de suite le même stupa – “same, same, but dfferent” – au bout d’un moment, raz le bol des stupas!
  • Les tonnes de biftons glissés sur les statues, les milliers d’urnes – “donation, donation” –, les millions de feuilles d’or collées une à une par les fidèles sur les statues de Bouddha ; 
  • Le manque de produits importés : nous n’avons pas eu notre quota de glaces ;
  • Le bruit insupportable de la télé et la climatisation glaciale dans les cars : nous aurions aussi bien pu passer une année dans le frigo d’une discothèque ; nous bénissons les boules Quies ;
  • Slalomer entre les crachats de Bétel qui parsèment le sol avec neuf chances sur dix d’y poser sa tong avant de quitter le pays ;
  • La saleté omniprésente de Yangon : les bouches d’égouts ouvertes en pleiin milieu des trottoirs, les colonies de rats qui montrent leurs museaux à n’importe quelle heure de la journée et bien sûr, le pompon, le jus de bétel ;
  • La docilité apparente des Birmans qui ne râlent jamais : principes d’éducation peut-être, main de fer du gouvernement surement ;
  • Le cynisme sans vergogne du régime des généraux ;
  • L’Internet muselé, lent, rare, capricieux : promis, juré, craché, c’était pas la flemme qui nous a retenu de vous écrire.

On a aimé, ça nous a fait marrer, on en redemande :

  • Gravir les escaliers interminables pour accéder au sommet des collines où l’on trouve toujours un temple, un stuppa un petit quelque chose pour prier Bouddha ;
  • Les campagnes multicolores, parfait assemblage de cultures variées ;
  • Palabrer avec les bataillons de marchands de pacotille à la sortie des temples, inlassables, bravant notre impatience, mais toujours charmants ;
  • Se pourlécher les babines en observant la préparation des chapatis à Mandalay et en commander trois chacun !
  • Les sculptures ciselées des monastères en bois de tek dans un calme paisible, serein, ça repose !
  • Les longues moustaches des Moustache Brothers, même si leur spectacle a perdu de sa hargne et s’ils sont sous la surveillance étroite du gouvernement : les années de taule, ça calme ! Respect quand même.
  • 99 ou Neing Neing, notre guide autour de Kyauk Me qui nous a émerveillé par ses tours de magie, enchanté par ses devinettes, passionné par son histoire ; si vous venez faire un tour au Myanmar, arrêt obligatoire par sa maison, on a un colis de fromage à lui faire livrer ;
  • Les armées de vendeurs à la sauvette chargés de plateaux sur la tête, de fruits, de marchandises inimaginables ;
  • Les trajets en train, en bateau et même en car, de véritables tranches de vies qui vous en apprennent autant sur le pays que le reste ;
  • Expérimenter la variété de la cuisine traditionnelle birmane …
  • Contempler les myriades de stupas se découpant sur l’horizon de la plaine de Bagan, voir scintiller les tonnes d’or recouvrant l’immense Shwedagon, stupa sacré de Yangon ;
  • Les immenses étendues du Lac Inle, ses jardins, ses villages flottants, son écrin de montagnes, sa promenade en pirogue à moteur (avec des boules Quies), ses fabriques artisanales de cigares, de tissage ;
  • Jouer au chat et à la souris avec les gardes aux entrées des monuments pour limiter notre contribution à la junte militaire ;
  • Les montagnes de sourires parfois édentés, parfois rougis par le bétel, souvent rayonnants, parfois craintifs devant l’appareil, humbles, sincères et toujours généreux !

Pèle-mêle Myanmar

7 commentaires pour « Myanmar, en vrac »

  • Berrnard Plaisantin

    Manon, Etienne,

    Merci pour l’information, toujours très intéressante, que vous nous adressez.
    Je viens d’avoir ta grand-mère qui m’a dit la grande joie que vous leur avez faite par ton appel téléphonique de ce jour.
    Nous rentrons des Pyrénées où nous avons trouvé Christine et Alain avec leurs trois filles. Audrey vient de s’installer à 5 km de ses parents où après la naissance de son 2e garçon, fin janvier, elle ouvrira un cabinet d’orthophonie et Guillaume, son compagnon un cabinet d’informatique.
    Nous vous présentons tous nos voeux, où chaque jour qui va passer vous rapprochera de la France.
    Ta grand-mère m’a dit que ton papa était près de vous. Présente-lui nos amitiés et nos meilleurs voeux.
    Nous vous embrassons.

    Bernard et Hélène

  • armelle

    Encore et encore !
    Après une semaine dans le froid et la neige de Haute-Maurienne, je reprends contact avec la vie citadine en me prélassant sur votre blog.
    Mes voeux pour vous cette année ?
    Que les sourires de tous les pays vous accompagnent pour cette année 2011.
    Et surtout, que la sagesse vous gagne et vous fasse aimer les feuilles de coriandre … il n’y a rien de meilleur dans les plats cuisinés.
    Armelle

  • anne marie

    vos petits reportages sont toujours aussi croustillants. je me régale ! Je vous souhaite une très bonne et heureuse année 2011, riche en rencontre et pleine de bonnes aventures !! Côté chorale, je vais éviter d’y aller ce soir. Je suis clouée au lit avec une bonne laryngite et Florence me demanderait de chanter avec les basses !! biz.

  • deveye

    salut à vous 2
    on essaie de vous suivre , bonne année 2011 avec encore pleines d’aventures et de rencontres et en famille bonne suite à vous et bonjour à bruno et marie-jo et nanou…
    domie et titi de caluire

  • Fonseca Michelle

    Quelle joie,je viens juste de trouver votre carte,ce fut un réel plaisir.Vous êtes allés en THAILAND,ça vous à plus,car mon homme et moi si nous pouvions y retourner nous le ferions ,avec grand plaisir,et nous avons vu pas mal de choses,bien pas bien moins bien et honteux,mais malgès tout nous avons aimé.Avez vous eu les partitions que vous aviez demandé.
    Bon je vous laisses pour mieux vous retrouver,bises à tous les deux,Michelle.

  • Fonseca Michelle

    Je viens de lire,vos commentaires,en Thailande,c’est la même chose,des Boudhas de partout,eux aussi on ont un allongé,tout en or,nous en avons vu un tout en emeraude,c’est scandaleux ,quand tu vois que le peuple crève la faim.Mais si on compare avec chez nous c’est un peu pareil dans nos églises,ou le Vatican,mais nous n’y pouvons rien.

  • Josiane FROUSTEY

    Manon et Etienne bonjour, j’ai parcouru votre blog plusieurs fois mais ce soir je m’y suis attardée 2 heures et c’est génial – merci de nous faire voyager un peu avec vous à travers toutes ces belles photos et ces descriptifs des pays traversé – j’ai adoré le courrier de vos élèves !
    J’espère que tout va bien pour vous et que vous êtes en pleine forme avec de bons mollets pour les km restants. C’est pas le moment qu’ils flanchent ! quelques nouvelles de notre chorale – comme vous l’avez su nous avons de bonnes recrues (pas aussi bien que vous -lol- ) mais en nombre. Nous préparons un concert pour début avril et un we pour fin mars comme l’année dernière. J’espère que vous avez reçu plein d’idée de chansons à « travailler » pendant votre péricle et …du part coeur -comme dit notre chef de choeur préféré- Continuez à nous faire rêvez. C’est que du bonheur pour tous ceux qui sont dans la grisaille et pour vous aussi qui « tricotez maintenant des souvenirs pour tous vos vieux jours » – les voyages sont des moments magiques d’émerveillements et de partage. Et les conditions que vous avez choisies sont les meilleures pour les plus beaux souvenirs. Profitez en pleinement – je vous embrasse et comme tout ceux qui vous connaissent, reste dans l’attente de vos nouvelles sur le blog
    bises à tous les deux
    Josiane