Où sommes-nous

Allons à la campagne

29 novembre. Nous voilà dans la région du lac Inle, célèbre lac au sud-est de Mandalay. Le bus nous dépose à Kalaw, il est 2h du matin. Une agréable sensation de fraicheur, et même de froid se fait sentir. Non, ce n’est plus l’effet des climatisations excessives, mais réellement la température extérieure. Du haut de ses 1300 mètres d’altitude, Kalaw est la ville la plus fraiche de la région. Dans cette ambiance montagnarde, nous nous glissons dans un lit bien chaud en attendant que le jour se lève. Demain nous partons pour un trek de deux jours, le temps de rejoindre à pied notre fameux lac.

DSC00524

La brume matinale envahi encore les rues à peine ensoleillées de la ville, nous préparons nos sacs à dos, les gourdes sont pleines, le bob et le couteau suisse sont dans le sac… nous serrons les lacets de nos chaussures de randonnée, et scrutons l’horizon : il est temps de partir. En avant marche, nous montons dans le taxi qui nous attend… faut pas déconner, nous n’allons tout de même pas tout nous coltiner à pied !

DSC00554Nous traversons une campagne vallonnée magnifique recouverte de champs de colza. Le taxi nous dépose. Là un groupe de dix personnes nous attend pour partir. C’est pas mal, un groupe de douze personnes, pour traverser discrètement le pays en profitant du calme de la nature ! Nous voici lancés dans ce terrain d’aventure que nous imaginions un peu différent : à la place de guerriers birmans traversant une jungle hostile un bandeau autour du front, un sabre dans la main et un couteau entre les dents, nous nous trouvons au milieu de champs cultivés jaunes, ocres, gris, verts … traversés au ralenti par quelques buffles à la recherche d’une mare d’eau boueuse pour se rafraîchir. Sur les parcelles, des femmes et des hommes s’activent doucement et pas trop vite. Le ciel est bleu, le soleil pas trop chaud et le vent frais.

This video was embedded using the YouTuber plugin by Roy Tanck. Adobe Flash Player is required to view the video.

DSC00547Sur son passage le groupe vient perturber de ses discussions polyglottes la nature paisible, puis le silence s’installe de nouveau quelques secondes plus tard. Il y a de tout dans ce groupe : Allemand, Malaisien, Américain, Canadien, Polonais et Français. Dans le but de perfectionner nos compétences linguistiques, nous faisons immédiatement connaissance avec les deux Françaises du groupe. “Voyagez, voyagez, ça vous ouvrira l’esprit.”

DSC00566

Nous traversons quelques villages, dans lesquels les habitants viennent à notre rencontre, puis restent plantés là, immobiles et silencieux, pendant qu’une dizaine de touristes venus pour photographier de l’authentique les mitraille de tous cotés.

DSC_0297DSC_0042DSC_0301Elles sont belles nos photos, hein? Vues de l’extérieure, elles font vraies, et pourtant au moment de les prendre, le charme n’opère plus, l’authenticité disparait ; impossible de se départir d’un sentiment de voyeurisme, décuplé quand le nombre d’appareils côte à côte est important. C’est aussi ça être touriste !

DSC_0070Après une nuit dans un monastère de village, nous poursuivons notre itinéraire sur les sentiers de terre ocre qui nous mènent jusqu’au lac Inle. En chemin nous faisons un petit détour pour visiter un temple entouré de plus de mille stuppas, datant du douzième siècle pour les plus anciens.

DSC_01021er décembre. Lac Inle. 7h00. Nous voilà callés dans une pirogue à moteur pour visiter les environs. La brume épaisse qui recouvrait le lac se lève peu à peu dévoilant une mer d’huile, sans bruit et les nombreux pêcheurs Intha qui s’affairent depuis bien longtemps. Chacun se trouve posté debout, à l’extrémité d’une longue barque qu’ils dirigent d’un coup de pied habile, en faisant décrire un mouvement de huit à leur rame.

DSC_0133-1

DSC_0178-1Notre pirogue traverse des villages aux maisons bâties sur pilotis, des jardins flottants, des temples et monastères sur pilotis : le peuple des Intha a organisé sa vie entièrement sur l’eau. Leurs habitations reposent sur de hautes perches plantée au fond du lac, au maximum 6 mètres sous l’eau. Ce lac immense à la particularité de ne pas être plus profond que cela. DSC_0185-1Nous visitons de vrai-faux ateliers d’artisanat (confection de cigares, de bijoux en argent, de tissus), ou nous dirons plutôt que nous assistons à des démonstrations de techniques artisanales traditionnelles mises en place pour le touriste. Nous avons quand même évité de cautionner l’attraction “femmes girafes” également proposée sur notre parcourt !

DSC_0223

Nous avons pu découvrir différentes facettes de cette région : des paysages colorés et apaisants, des villageois – on le redit mais c’est tellement vrai – très souriants. Si le coin reste particulier et magnifique, ce n’est définitivement pas une destination pour les assoiffés d’authenticité ! …. On aimerait parfois être les premiers touristes à visiter un pays !

DSC_0028-2

Commentaires clos.