Où sommes-nous

A vélo dans les Dolo

Bon, finalement, on aura eu de la pluie du début à la fin, un peu chaque jour et la tente bien mouillée tous les matins. Mais le moral est bon et les cuisses s’endurcissent. On a quand même gravi quelques cols et vu quels cailloux, juste de quoi nous donner envie d’y retourner à ski ou autre. Le Sasso Lungo, le Tofane di Rozes et bien sûr les fameuses Tre Cime di Lavaredo.

Collage Dolomites

En quelques mots, c’était dur pour les mollets et pour ce qui est des rapports avec les locaux, et bien plutôt tranquille, pas spécialement chaleureux voire houleux à quelques reprises. Il va falloir se faire aux voitures qui passent pas loin de nous dans les montées et on ne va regretter les camping à l’italienne. Enfin les bivouacs ! Ca c’est pour le négatif.

Pour le reste, malgré les nuages, on en a pris plein les mirettes de ces clochers de calcaire et puis on a bien profité des glaces des pizza (ici, on sait encore à l’avance ce que l’on va manger lorsque on passe la commande) et des jolis villages alpins. Tout est parfaitement entretenu, le tourisme fonctionne à plein.

On sent bien que cette partie de l’Italie diffère du reste. La langue et la culture (je n’ose dire la mentalité) germanique sont ultra-présente. Difficile de savoir si c’est revendiqué ou plutôt de l’ordre de la frustration (de ne pas être suisses ou autrichiens). Il faut dire que l’on n’a pas beaucoup échangé avec des italiens.

Tout cela en compagnie des fameux Xav & Vince, bonne humeur, plaisanteries et débats toujours au rendez-vous. Merci les amis et à très bientôt on the road again

2 commentaires pour « A vélo dans les Dolo »

  • mika

    courage Etienne, courage Manon, on pense bien fort à vous !!
    Une embrouille avec les italiens…. ?? Ca ne m’etonne pas !!! Il faut savoir etre patient… :-)

    Mikael & Eleni

  • Le tyrolien

    « Difficile de savoir si c’est revendiqué ou plutôt de l’ordre de la frustration (de ne pas être suisses ou autrichiens) »

    Ou simplement Tyrolien?