Où sommes-nous

Melting-pot givré

Un mélange saisissant.

26 février. Urümqi, Urumchi, Wulumuchi, Wulumuqi, Wushi ou comme il vous plaira. Nous descendons du train en provenance de Chengdu, avec, dans nos bagages, tout un univers : les faciès ronds au yeux bridés, pour chapeaux, des casquettes communistes, une langue omniprésente et inaccessible aux idéogrammes indéchiffrables, les temples multicolores, les toits . . . → En savoir plus : Melting-pot givré

Il faut attendre …

Allez chercher une tasse de café, coupez la radio, installez vous confortablement dans votre fauteuil, le train va partir.

19h00 pétantes ! Le train s’ébranle avec la ponctualité d’une horloge suisse. Destination : Urumqi à 3026 km de Chengdu notre point de départ, ce qui signifie 50 heures de trajet ininterrompues ; nous allons traverser la . . . → En savoir plus : Il faut attendre …

Va donc, eh, patate !

Ahh, la Chine, ses routes, ses chantiers, ses camions, ses chauffards. Dans cette circulation d’engins crachant leur épais nuage noir, comment ne pas vous parler de la circulation et des méthodes de conduites chinoises? Il faut les voir doubler dans n’importe quelle situation : virages, côtes, rétrécissements, qu’il y ait quelqu’un en face ou non, . . . → En savoir plus : Va donc, eh, patate !

Tien-tien et Manou au Sichuan

10 février. Luding. Nous voici donc en selle. Le temps est maussade et ce début de vallée qui doit nous donner accès au Sichuan tibétain n’est vraiment pas très plaisant. Si l’article précédent vous a dépeint un tableau peu reluisant de notre passage ici, il convient de vous livrer les quelques trésors que nous y . . . → En savoir plus : Tien-tien et Manou au Sichuan

Dans le pire du milieu

“Vos photos, elles font voyager …”. On ne se lance pas des fleurs, c’est vous qui le dites, enfin vous êtes nombreux à nous complimenter et c’est vrai qu’on les aime bien nos photos. Mais vous imaginez bien qu’on ne va pas vous montrer toutes les horreurs que l’on croise, et pourtant, ça ne manque . . . → En savoir plus : Dans le pire du milieu

POUET, POUET, POUET !

14 février. Jinchuan, province du Sichuan. Tranquillement assis dans une chambre d’un petit hôtel, nous pouvons entendre les bruits de la rue, ou plutôt les klaxons qui retentissent en permanence et déchirent les voix qui portent. Si l’on patiente en regardant sa montre, moins d’une minutez suffit à entendre déjà une dizaine de coups d’ . . . → En savoir plus : POUET, POUET, POUET !

Un petit tour en cuisine

Matin. Froid. Vélo. On se caille. Nous avançons le nez blotti dans l’écharpe. Voici une petite heure que nous pédalons vers le prochain patelin où nous pourrons nous arrêter pour le premier calage de bide de la journée. Quelques maisons en rondins de bois surmontées de tuiles grises ponctuent la route, de vrais jeux de . . . → En savoir plus : Un petit tour en cuisine